Retour à l'accueil

Ils imaginent déjà la… 6G !

Déjà un train de retard ? Alors que les préoccupations grandissent en France à propos du recours aux bons fournisseurs pour sécuriser la 5G, qui permettrait de décupler le débit mobile actuel d’ici à 2022, des industriels du monde entier se penchent sur la 6G.

Le coréen LG ouvre un centre de recherche dédié à Daejeon, en partenariat avec l’Institut supérieur coréen des sciences et technologies de Séoul. Le but ? « Orienter la normalisation mondiale » liée à cette technologie, qui devrait permettre d’accéder en 2030 à un débit 100 fois supérieur et faciliter l’utilisation d’hologrammes. De son côté, l’université du Jiangsu, en Chine, a formé une équipe de chercheurs sur la 6G. Cela a fait bondir Donald Trump qui, le 21 février, a tweeté qu’il voulait voir la 6G arriver « le plus vite possible aux États-Unis » avec une technologie maison. Il pourra s’appuyer sur le fabricant de processeurs californien Qualcomm, qui effectue des travaux préparatoires. L’Europe, loin d’être aux avant-postes, peut tout de même se consoler avec le lancement de 6G Enesys, projet de l’université d’Oulu, en Finlande.

« Une des applications sera la généralisation des robots, qui se parleront entre eux dans l’usine du futur », explique Marja Matinlikko-Blue, qui parie par exemple sur la multiplication des grues autonomes.

(Le Point, Guillaume Grallet, 28 février 2019)